Les 5 choses que les sexologues sont tanné.es d'entendre

On m’a récemment suggéré de faire une entrée sur les 5 choses que les sexologues sont tanné.e.s d’entendre.

Comme j’aime moi-même lire ce genre de chronique et qu’il y a effectivement des choses que nous sommes tannée.es d’entendre, je me suis lancée. Bien sûr, je ne peux pas parler pour toustes les sexologues et si certain.e.s d’entre vous me lisez, n’hésitez pas à commenter, à ajouter les vôtres! Alors voici donc pour votre plaisir :

Les 5 choses que les sexologues sont tanné.e.s d’entendre (notez le thème récurrent des trois premiers points)

1-      As-tu besoin d’un cobaye? (souvent suivi d’un rire mi-niais, mi-complice), et toutes ses déclinaisons sur un même thème.

Ahhh, quel bonheur nous envahit quand nous échangeons sur notre profession ou notre domaine d’études et que notre interlocuteur nous partage sa disposition à avoir des relations sexuelles où nous jouerions un rôle d’éducateur-trice! Ça donne le goût. Et ça nous fait se sentir pris.e au sérieux, surtout! Puis ça nous laisse entendre que l’autre comprends vraiment en quoi notre profession consiste : performer et enseigner la compétence sexuelle. Not.

2-      Alors tu dois connaître toutes les positions! (aussi souvent suivi d’un rire mi-niais, mi-complice) et toutes ses déclinaisons sur un même thème.

Oui, nous apprenons le kama-sutra par cœur, pendant trois ans. Après le BAC, on peut dessiner toutes les positions les yeux fermés, les reproduire en théâtre vivant sans avertissement, les nommer et les numéroter dans tous les ordres et toutes les déclinaisons possibles. Not.

La sexologie, c’est la science de la sexualité humaine dans tout ce qu’elle comporte. Voici quelques sujets étudiés en sexologie : histoire de la sexologie, sexualité des personnes âgées, ITSS, paraphilies, sexualité et contrôle social, technique d’intervention en sexologie, psychopédagogie de la sexualité, sexualité et santé mentale, condition des femmes, des hommes, etc. Notez ce qui n’est pas dans ma liste : les positions sexuelles.

3-      Tu dois être cochon.ne! (aussi souvent suivi d’un rire mi-niais, mi-complice) et toutes ses déclinaisons sur un même thème.

Oui, mets-en, que je suis cochonne! J’aime ça avoir des fluides partout, l’idée du sexe m’allume comme ça se peut pas, j’ai fait plein d’expériences avec plein de gens différents, quand je vois un losange arrondi ou un objet oblong j’ai tout de suite envie d’y mettre la langue…ou pas, tsé. Dans tous les cas, ça n’a pas de lien avec ma profession.

Truc : cessez d’hypersexualiser les sexologues. On est pas mal comme tout le monde, vu qu’on est aussi des personnes multidimensionnelles. Révolutionnaire comme idée, non?

4-      Tu es sexologue? C’est normal si…?

Les consultations de cadre de porte. Oui, je suis sexologue, c’est ma profession, je paye mon épicerie et les couches de ma fille avec ça. On n’aurait pas l’idée de croiser une coiffeuse dans un party et de lui demander un petit rafraîchissement de notre coupe pour gratuit dans le cadre de porte non? Pourtant il semble que pour les professionnelles de la santé mentale, comme nous sommes notre propre outil de travail, ces mêmes règles sociales tacites soient moins respectées. Je vais peut-être m’installer un petit bureau de consultation dans les soirées pour changer les consultations de cadre de porte en vraies consultations? À voir…

5-      Tu es sexologue? Ah, tu dois en voir des personnes fuckées!

Ah pour ça oui! Du monde qui se prennent pour des licornes, qui font l’amour avec des fantômes la tête à l’envers, d’autres qui conjurent le malin au moment de l’orgasme.

Vraiment?!

Non.

D’abord, la plupart d’entre nous refusons d’utiliser les concepts de normalité ou d’anormalité, car ils sont trop chargés de préjugés. Il nous arrive de voir des personnes qui ont des pratiques peu répandues, c’est vrai. Elles sont souvent souffrantes et il ne nous viendrait pas à l’esprit de les juger comme étant fuckées.  On adresse des humains qui ont besoin d’aide, point.

J'espère que vous avez eu du plaisir à découvrir cet envers de la médaille de la profession de sexologue! Et que vous avez prit des notes ;)