L'excitation sexuelle et le plateau

Voici la suite de mes entrées de blogue sur la courbe de la réponse sexuelle et les différentes phases qui la constituent (voir ici et ici). J’en suis donc à vous parler des deux phases qui suit celle du désir: l’excitation sexuelle et le plateau. Je les aborde ensemble pour faciliter la compréhension et la fluidité des textes.

L’excitation sexuelle est la manifestation physiologique (c’est à dire dans le corps) en réaction à des stimuli sexuels, mentaux ou physiques. Des stimuli mentaux peuvent être des fantasmes, des pensées érotiques, par exemple alors que des stimuli physiques peuvent être des images ou des caresses. Il est possible de se stimuler seul.e. ou avec une (ou des) autre personne, de se stimuler mutuellement. Ces stimuli peuvent susciter des réactions d’excitation sexuelle.

L’excitation sexuelle peut se manifester de multiples façons:

  • Respiration plus rapide

  • Augmentation du rythme cardiaque

  • Rougeurs au visage, à la poitrine, aux organes génitaux

  • Vasocongestion (afflux supérieur de sang dans les veines) génitale

  • Lubrification vaginale, pénienne (liquide pré-éjaculatoire)

  • Érection du clitoris, du pénis, des mamelons

  • Dilatation des pupilles

  • Rétraction du scrotum et du prépuce

  • Ascension des testicules

  • Gonflement des testicules et des grandes lèvres

Pendant une relation sexuelle, l’excitation suit habituellement une courbe ascendante, qui peut toutefois fluctuer en cours de route. Elle atteint ensuite le plateau, la phase suivante de la courbe de la réponse sexuelle. C’est-à-dire qu’elle (l’excitation) maintien son degré d’intensité pendant un certain temps avant de se résorber ou d’augmenter vers l’orgasme.

La durée de la phase d’excitation et celle du plateau est relative à chaque personne et ne doit pas mener automatiquement à l’orgasme afin d’être considérée comme réussie ou normale.

Je suggère aux gens qui me consultent de garder le plus possible un contact avec leurs sensations corporelles pendant les relations sexuelles. Ainsi, si elles-ils constatent une baisse de l’excitation ou une absence d’excitation, elles-ils peuvent prendre le temps d’explorer la cause et d’ajuster leur activité en conséquence. Parfois cela peut vouloir dire de cesser complètement l’activité sexuelle, d’autres fois cela signifie de prendre une pause, de modifier le rythme des activités (accélérer ou ralentir) ou la nature des activités (cesser la stimulation manuelle pour favoriser une stimulation orale, par exemple).

Dans tous les cas, j’invite les gens à s’écouter, à exprimer leurs besoins et à accueillir ceux de leur partenaire dans la bienveillance.